Intervenant

Docteur Albert Werkman

Le 26 juillet 2017 à 18h00 dans l'Eglise d'Albières


Ce que le langage commun désigne par MALADIE de LYME correspond à des souffrances émergeant aujourd’hui comme une épidémie de dimension planétaire. Au sens strict, la « maladie de lyme » apparaît ici comme un symptôme révélant de façon tragique l’immense problème du désastre subit par notre environnement.

À l’origine de ces souffrances se mêlent ainsi des éléments d’origine infectieuse, toxique, métabolique, digestives, immunitaire, génétique, neuro-hormonale… qui s’inbriquent, en écho aux terribles maltraitances infligées aux règnes de la nature. Le terme de Syndrome Inflammatoire Multi Systémique (SIMS) paraît ici plus adapté.

Tenter de soigner les souffrances de chacun de nos frères humains concernés, implique d’associer diverses modalités thérapeutiques dans une approche intégrative et holistique. Elle invite surtout à un changement des modes de vie et à une remédiation urgente des ravages infligés aux règnes de la nature dans un environnement qui n’en peut plus d’être saccagé.

Ceci implique également, pour chaque être humain, une métamorphose du rapport à soi-même et au monde. Lorsque cette métamorphose est introduite par paliers, avec mesure et bon sens, elle se révèle source de joie de vivre et procure de nouvelles vigueurs. Elle ouvre aussi sur une nouvelle perception de la beauté de la nature humaine et invite à l’émerveillement par la découverte vivante de notre instrument corporel au sein de l’univers.

REMARQUES

Nous vous proposons une soirée de partage d’informations qui ne peut tenir lieu de consultation. Pour tout suivi de santé, c’est votre médecin qui est la personne compétente. C’est à lui que revient la responsabilité de modifier votre traitement, de mettre en œuvre les examens, les recherches, les bilans et les hospitalisations nécessaires.Quels que soient les symptômes ou les dysfonctionnements dont vous souffrez c’est d’abord à lui qu’il faut s’en référer.

Cependant, malgré les progrès considérables de la médecine et le dévouement d'une majorité de praticiens, un nombre de plus en plus important d’affections chroniques décrites comme des SIMS (voir ci-dessus) semblent échapper à l’approche classique ou conventionnelle. Il s’avère que ces souffrances ne trouvent pas actuellement d’explication et qu’elles sont niées par une partie du corps médical.

Pourtant, le calvaire des patients se révèle bien réel. Comment avancer malgré et au-delà des contradictions?